Frenchie tu es… Frenchie tu resteras…

Remise en question de son identité pendant une expatriation!

Frenchie tu es… Frenchie tu resteras…

L’expatriation est encore très souvent perçue comme un long fleuve tranquil. Pour certains, l’expatriation est même synonyme de Vacances, cocktails et cocotiers… Autant vous dire que lorsque  l’on est expat on n’a plutôt l’impression de faire les montagnes russes! Personnellement, mon plus gros challenge en tant qu’expat/immigré a été de savoir qui j’étais. Cette experience m’a chamboulé sur le plan identitaire.

Je suis très vite tombée amoureuse de l’Australie et particulièrement de Brisbane. Je ne me verrais vivre nul par ailleurs. Pour autant, les deux premières années à Brisbane je me suis sentie comme une touriste. Mon anglais n’était pas assez bon pour que je travaille comme psychologue, j’avais beaucoup d’amis Français mais aussi des internationaux mais aucun d’entre eux n’étaient Australiens. Pour toutes les personnes que je rencontrais j’étais la Frenchie. Pour couronner le tout, je porte des lunettes (très peu de personnes en porte en Australie), je parle avec ce petit accent français très reconnaissable, et j’aime le Champagne… Oui je sais ça fait beaucoup de clichés pour une seule personne.

Les années qui ont suivi, beaucoup de choses ont changé. J’ai fait l’effort de sortir de la communauté internationale pour m’intégrer dans la communauté locale. Mon anglais a décollé, ce qui m’a permis d’exercer en tant que Psychologue mais aussi de tisser des liens avec des Australiens. Je me sens maintenant complètement intégrée, et pour autant il arrive encore que je sois la Frenchie… l’étrangère! C’est la qu’a été mon plus gros challenge. J’ai eu des gros moments de doutes ou je ne savais plus qui j’étais mais surtout ou je me sentais vraiment chez moi. J’ai eu des moments ou j’avais besoin d’être à la maison, dans ce cocon safe et sécurisant. Vous pourriez me dire que je n’avais qu’a rentré en France. Il était la le problème. En France, je me sentais comme une touriste, j’étais devenue l’Australienne, et en Australie, je j’étais la Frenchie. J’avais perdu ce sentiment d’appartenance! Beaucoup de questions identitaires ont alors émergé dans mon esprit: qui suis-je? a quel pays j’appartiens? ou est mon endroit safe celui que  j’appelle la maison? L’être humain a besoin de categoriser, placer les personnes ou les objets dans des boxes. Après quelques années de pratique, je dois dire que cette catégorisation ne me dérange plus. Je suis simplement moi-même. J’accepte gentiment et avec le sourire dans la boite dans laquelle mes interlocuteurs me place. Il m’aura fallu un peu de temps et de la patience mais j’ai enfin compris ce que veut dire “home is where the heart is”

Comme vous l’aurez bien compris, je me sens à la maison à Brisbane, mais la ou je me sens vraiment chez moi… C’est avec moi-même, c’est dans mon coeur. Je m’explique. Un peu comme une tortue j’ai le sentiment d’avoir ma maison sur le dos, j’ai la possibilité d’y retourner quand bon me semble. L’expatriation m’a tellement fait sortir de ma zone de confort que je sais maintenant qui je suis. J’ai appris à être simplement moi-même, à ne pas laisser mon environnement m’impacter négativement. J’ai appris à me faire confiance et à écouter mon intuition. Je peux maintenant me sentir à la maison partout ou je vais. Le plus important pour moi est la façon dont je me sens et non pas la façon dont les autres me perçoivent. Je ne peux pas contrôler ce qu’autrui pense ou la manière dont il va me categoriser, par contre je suis en totale contrôle de la façon dont je réagit, et ce que je ressens.

J’ai récemment eu une discussion très intéressante avec une amie qui me demandait si la France me manquait. Pour être complètement honnête avec vous, je suis à un stade ou je rentre en France pour voir ma famille et mes amis mais je n’ai pas de mal du pays. Mon amie m’a alors gentiment dit que j’étais sûrement née dans le mauvais pays. Je ne dénigre pas mes origines, loin de là, je suis née et jai grandi en France d’une maman Française et d’un Papa Espagnol, et pourtant c’est en Australie que je me sens à la maison. J’aime l’Australie pour son style de vie, sa tranquillité, le climat, le côté très relax des Australiens mais aussi leur gentillesse, leur honnêteté. L’Australie est particulièrement Brisbane m’apporte une qualité de vie que je n’aurais pas en France, et pourtant Frenchie tu es… Frenchie tu resteras…

Avec le recul je peux maintenant affirmer que partir en Australie a été l’une des meilleures décisions que j’ai prise dans ma vie! L’expatriation m’a permis de deployer mes ailes et de vivre ma vie comme je l’entends mais il y a aussi eu des gros moments de doutes. Malgré les challenges que j’ai rencontré, je recommencerais sans hésiter. C’est une aventure aussi extraordinaire que challenging.

Je suis passionnée par tous les sujets concernant l’expatriation, c’est pourquoi j’ai créé Expat Infinity. Je souhaitais combiner mon experience d’Expat avec mes connaissances en Psychologie pour aider au mieux les expats mais aussi les enfants qui rencontrent des challenges dans ce nouveau projet. Si j’avais un conseil à vous donner ce serait de prendre le temps nécessaire pendant votre expatriation pour sortir le plus possible de votre zone de comfort et d’apprendre à vous connaitre à un niveau ou vous pourrez vous sentir chez vous n’importe où dans le monde.

Je suis curieuse de connaitre votre ressenti sur le sujet, n’hésitez pas à me laisser un commentaire ou à me contacter par:

No Comments

Post A Comment