Make expatriation a
successful project

Ce qu’est vraiment l’expatriation!

Ce qu’est vraiment l’expatriation!

Je reçois très souvent des messages sur Instagram me demandant si c’est facile de trouver un emploi en Australie, si c’est facile de trouver un appartement, si c’est facile de se faire des amis, et si c’est facile de gagner de l’argent. Je suis toujours aussi surprise de la tournure de ces questions, qui a mon sens ne veulent rien dire. Que veut dire facile?  Ma réponse à ce type de questions est toujours la même: dans la vie rien n’est facile, tout dépend de votre attitude, de votre volonté, de votre determination et des efforts que vous êtes prêts à fournir pour atteindre vos objectifs. Il n’est pas réaliste d’espérer trouver un emploi facilement et de gagner beaucoup d’argent si vous ne parlez pas anglais par exemple. 

Lorsque l’on décide de partir vivre à l’étranger le mot facile ne fait plus parti de notre vocabulaire. Ce n’est pas facile de

  • Vivre loin de sa famille. Il faut accepter de rater des événements importants comme des naissances, des mariages, des anniversaires, les fêtes de fin d’années, les décès…
  • Garder une lien fort avec les ami(e)s lorsque l’on habite au bout du monde avec 9 heures de décalage horaire entre nous. 
  • Vivre dans l’incertitude. Les premiers mois à l’étranger sont un challenge. Il faut tout réapprendre et se créer un nouvel environnement. 
  • Sortir de sa zone de confort. Tous les jours il y a de nouveau défis à relever, que ce soit administratifs, ou encore apprendre à résoudre un problème au téléphone quand on ne maitrise pas la langue locale ou conduire de l’autre côté de la route par exemple. 
  • Avoir le sentiment de parler comme un(e) enfant de 10 ans car on ne maîtrise pas la langue locale. Je me souviens mes premiers mois en Australie, je connaissais très peu de vocabulaire, j’étais incapable de suivre une conversation et cela génère une certaine frustration avec laquelle on doit apprendre à vivre. 
  • Garder son identité tout en essayant de s’intégrer à son pays d’adoption. Quand je suis rentrée en France après un an en Australie j’étais devenue “l’australienne” et en Australie je suis la petite “Frenchie”. Les deux premières années, j’avais le sentiment de ne plus avoir d’identité, voir même plus de pays d’appartenance car j’avais le sentiment de ne plus avoir ma place en France et en Australie je sais que je ne serai jamais une Australienne. Depuis j’ai appris que #homeiswheretheheartis, et ma vie étant maintenant en Australie, je me considère comme une citoyenne du monde qui vit la où elle se sent bien. Je ne cherche pas a être quelqu’un que je ne suis pas. 
  • Trouver un emploi. Entre les contraintes de visas, de maitrise de la langue et les démarches administratives pour faire reconnaitre ses diplômes, cela devient très vite le parcours du combattant. 
  • Prendre de nouvelles habitudes alimentaires. En Australie comme dans beaucoup de pays anglo-saxons, le déjeuner est pris sur le pouce, c’est un snack rapide. En France, on aime prendre le temps de manger, et surtout de prendre le déjeuner en dehors du bureau. 

Vous l’aurez donc bien compris l’expatriation n’est pas facile. A mon sens la question qu’il est important de se poser est: est ce que ca vaut le coup? Et ma réponse est un gros OUI! 

L’expatriation c’est: 

  • Découvrir une nouvelle culture. La clé pour profiter au maximum de cette aventure c’est d’être curieux. Si vous êtes dans le jugement ou la comparaison avec votre pays d’origine vous allez passé complètement à côté de votre aventure. 
  • Apprendre une nouvelle langue. C’est indispensable pour vous intégrer, vous faire des amis et surtout trouver un emploi. Au plus vite vous parlerez la langue locale au plus vite vous retrouverez un équilibre entre votre vie familiale et personnelle. Sur le long terme ne pas parler la langue locale aura un impact sur votre confiance en vous. Vous aurez très vite le sentiment de ne pas pouvoir avancer et faire de nouveaux projets. 
  • Découvrir un nouveau pays. Après trois ans en Australie, je suis toujours aussi excitée de découvrir de nouveaux endroits avec de nouveaux paysages. Récemment je suis allée sur la côte ouest Australienne. J’ai découvert une nouvelle facette de ce magnifique pays, tellement plus sauvage, et avec de nombreuses tribus aborigènes ce qui a été un contraste avec la côte est, et plus particulièrement à Brisbane où je vis et où il y a très peu d’aborigènes. 
  • Voyager dans de nouveaux pays. S’expatrier permet de voyager et de découvrir des pays autour de votre pays d’adoption. Ma première année en Australie, j’ai eu la chance d’aller aux Iles Fidji. C’était incroyable! Depuis la France je suis certaine que je n’aurais jamais eu la chance de découvrir cet endroit paradisiaque, car beaucoup trop loin et coûteux. Depuis l’Australie, nous ne sommes qu’a quatre heures d’avion. 
  • Avoir une ouverture d’esprit. C’est une clé importante pour s’intégrer dans son pays d’adoption. Éviter le jugement et la comparaison avec son pays d’origine est le meilleur moyen de profiter pleinement de ce que votre pays d’adoption a à vous offrir, mais aussi d’éviter le sentiment de frustration. Vous répéter chaque jour que la nourriture est meilleure en France qu’en Australie par exemple ne va pas résoudre le problème. 
  • Sortir de sa zone de confort… Vous pourriez me dire mais qu’est ce que ca veut dire sortir de sa zone de confort. Cela nécessite du courage et un minimum de confiance en soi. Sortir de sa zone de confort c’est s’adapter à son nouvel environnement en parlant la langue locale, c’est rencontrer de nouvelles personnes autre que de son pays d’origine, c’est s’adapter aux coutumes du pays d’adoption. Il y a énormément d’expats qui recréent exactement la même vie qu’ils avaient en France mais a l’autre bout du monde. A mon sens ce n’est pas ca l’expatriation. 
  • Rencontrer des gens extraordinaires venant des quatre coins du monde. L’expatriation m’a permis de rencontrer biensûr des Australiens mais aussi des gens d’Amérique du sud, d’Afrique du sud, du Japon, de Nouvelle Zélande… C’est juste incroyable de découvrir autant de nouvelles cultures, de manger des spécialités de pays dont je n’avais jamais entendu parler et d’apprendre des mots de bases dans de nouvelles langues. 
  • Apprécier son pays d’origine juste pour les vacances. Depuis que je suis en Australie, j’essaie de rentrer en France une fois par an. J’apprécie la France comme une touriste maintenant pour ses bons aspects tels que les fromages, le champagne, l’architecture et la culture. 
  • Et enfin et surtout, avoir la liberté de se découvrir soi-même. C’est à mon sens le point le plus important de cet article. L’expatriation est un très bon moyen pour apprendre à se découvrir ou se re découvrir. Loin de votre famille, de vos amis, de la société dans laquelle vous avez toujours vécu et donc loin de ses préjugés, de ses normes, de ses attentes, et croyances que cette société a placés dans votre inconscient depuis que vous êtes enfants, vous êtes enfin libres de choisir pour vous-même.  Vous êtes libres de prendre le temps de vous trouver.  L’éloignement permet d’être qui l’on souhaite vraiment. Pour ma part, l’expatriation m’a permis en effet de faire les choses pour moi-même et par moi-même. Je n’avais plus a répondre aux attentes de mes proches et de ma famille, c’est ce qui m’a permis de déployer mes ailes et de devenir la meilleure version de moi-même. 

Alors pour tous ceux et celles qui hésitent encore, je n’ai qu’une seule à vous dire: FONCEZ! Vous l’aurez bien compris, le mot facile ne fait pas partie de l’aventure, et pourtant c’est une aventure incroyable, qui mérite d’être vécue au moins une fois dans sa vie. Il faut garder à l’esprit que l’expatriation c’est beaucoup d’organisation mais aussi beaucoup d’improvisation. Vous ne pouvez pas tout contrôler avant de partir, il faudra gérer certaines choses sur place comme par exemple trouver un emploi si vous ne partez pas avec votre employeur.  Mon rôle en tant que life coach spécialisée dans l’expatriation est de vous aider dans toutes ces étapes donc n’hésitez pas à me contacter, je suis joignable par Instagram (www.instagram.com/expatinfinity/), Facebook (https://www.facebook.com/expatinfinitycoaching/) ou par email à hello@anasalido.com. J’ai récemment lancé une newsletter mensuelle, le lien pour s’inscrire est: 

https://www.mailchi.mp/335689dc7f57/newsletter-mensuelle-expatriation

2 Comments
  • Ciccia&Cerva
    Posted at 04:25h, 11 January Reply

    Un très bel article, bien détaillé et nous nous y retrouvons parfaitement ! La question identitaire nous est vraiment familiaire entre la France et l’Italie (notre pays d’adoption) ! Pas tous les jours simples de vivre loin de ses proches mais c’est également une expérience de vie extraordinaire qui nous fait grandir un peu plus chaque jour ! Très belle découverte ton blog, nous continuerons à venir y faire un petit tour 🙂
    Laura & Amélie

    • Ana Salido
      Posted at 01:55h, 19 January Reply

      Bonjour Laura et Amélie,

      Merci beaucoup pour ce commentaire très positif! Ma réponse est un peu tardive et j’en suis désolée.
      Le question identitaire est un sujet qui revient très souvent chez les expats. Je partage une newsletter chaque mois sur des sujets différents relatant à l’expatriation. Le sujet du mois de mars est sur l’identité, et l’adaptation. Je vous partage le lien ci-dessous si vous souhaitez vous inscrire.
      https://www.mailchi.mp/335689dc7f57/newsletter-mensuelle-expatriation

      Un très bon weekend,
      Ana xx

Post A Comment